Le Tantra

Définir le Tantra ? Un pari perdu d’avance ! Selon qu’on interroge l’histoire, la philosophie ou l’ethnologie on obtient des réponses différentes.

Fondamentalement, le Tantra, qui nous vient d’Inde, est une conception du monde selon laquelle l’univers entier constitue un tissu (car une des traductions du mot Tantra signifie « métier à tisser ») où tout se tient, et tout agit sur tout. Cette façon d’envisager le monde est synthétisée dans ces quelques mots à méditer : « Tout ce qui est ici est ailleurs, ce qui n’est pas ici n’est nulle part » (Vishvasâra Tantra).

Tout ce qui est ici est ailleurs, ce qui n’est pas ici n’est nulle part

Bien plus qu’une doctrine, le Tantra, est avant tout un ensemble de pratiques transmises depuis des siècles de maître à disciple. Une initiation orale et secrète, car les tantrikas (les pratiquants du Tantra) sont poursuivis et persécutés par l’ordre établi. Les Occidentaux ont commencé à s’intéresser à ces pratiques au cours du XIXème siècle, puis de nouveau dans les années 70, à la suite du succès des conférences, des livres et des ashrams d’Osho, un gourou Indien controversé qui l’a remis au goût du jour.

Depuis les années 80, de nombreux enseignants ont diffusé les pratiques tantriques en Europe et aux Etats-Unis par le biais de stages, de cycles de formation, d’ouvrages ou de conférences. On peut citer parmi les plus connus Daniel Odier, Margot Anand ou Jacques Lucas et Marisa Ortolan. De nombreux autres les ont suivis, comme Sudheer Roche, Vasanti, Patrick Houpert et Christine Goury. Sabrina et Guillaume ont été formés au Tantra par quelques uns de ces enseignants.

La sexualité tantrique

Ce néo-tantra s’inspire du Tantra des origines avec lequel il partage plusieurs caractéristiques. Tout d’abord, le Tantra est expérientiel : il ne s’apprend pas dans les livres mais en pratiquant les exercices corporels, qu’on appelle des structures, d’abord en stage et également chez soi. Ensuite, le Tantra est un travail de conscience : quoi qu’on fasse, l’important est de se regarder agir et d’être conscient de ses actes au moment même où on les pose. C’est pourquoi par exemple le Tantra nous enseigne à prolonger le désir au lieu de l’assouvir dès son apparition. C’est aussi en lien avec la conscience que le Tantra privilégie la lenteur dans l’action : ainsi les massages tantriques sont-ils très lents, ce qui favorise l’émergence des ressentis corporels.
Le Tantra doit en partie son succès à la sexualité, qu’il considère comme la voie privilégiée d’accès à la spiritualité. Pratiquée de façon tantrique, la sexualité ouvre à des états de conscience particuliers, à la fois intenses et subtils, qui permettent de toucher le divin qui nous habite. Parvenir à ces états nécessite de faire l’amour longuement, lentement, en portant attention à toutes les manifestations corporelles les plus fines. Pour cela, l’homme retient son éjaculation, la femme enserre le sexe de l’homme dans le sien par des contractions internes, et les deux respirent de façon synchronisée. L’acte d’amour est alors vécu comme une cérémonie, il est sacralisé.

Cette attention à soi et à l’autre, cette lenteur, ce désir de porter au maximum d’intensité les ressentis corporels, permettent de vivre plus fort, de connaître un état de félicité difficilement atteignable sinon. Tout ceci s’enseigne à l’aide d’exercices simples et ludiques, qui ne requièrent aucune compétence préalable.

Le Tantra pour les couples

Les massages tantriques, par exemple, sont à la fois extrêmement simples à réaliser et incroyablement puissants. Ils éveillent la sexualité dans le corps, déclenchent des sensations intimes et une réelle excitation. Mais, au lieu que cette excitation soit agie, transformée en acte sexuel, elle est diffusée dans tout le corps de la personne massée, et cette circulation intense d’énergie sexuelle amène à un état de conscience rare, qui est parfois assorti de manifestations spécifiques, comme des vibrations, des tremblements, voire une montée de kundalini.

De nombreux autres exercices encore plus simples permettent d’explorer cette voie du ressenti en conscience. Les pratiquer en couple a un effet merveilleux. Cela sort les deux partenaires de la vie quotidienne et leur ouvre une dimension tout à fait nouvelle de l’existence. La relation de couple s’approfondit soudain et chacun voit l’autre différemment, le redécouvre, ce qui amène vers une intimité nouvelle. C’est une excellente façon, par exemple, de relancer une union un peu trop tranquille, ou de découvrir d’autres territoires sans pour autant faire courir des risques inconsidérés à son couple. Les ayant vécus nous-même, nous avons décidé d’amener les bienfaits du Tantra aux autres couples.

Tout ceci peut sembler bien ésotérique… C’est que le Tantra ne se décrit pas, il se vit. Et ça fait du bien !

%d blogueurs aiment cette page :